Locations Airbnb : les propriétaires font l’objet d’une enquête

L’année 2018 a eu un goût amer pour les propriétaires proposant leur logement à Paris sur le site de location de vacance Airbnb. Au total, ce sont plus de 118 appartement qui ont été concernés par cette procédure. 

En vacances, peut-être avez-vous fait l’objet d’une fraude en optant pour l’application Airbnb. De nombreux appartements parisiens figurant sur le site internet Airbnb ont fait l’objet, tout au long de l’année 2018, d’une enquête sur les locations illégales. Suite à cette procédure, 118 condamnations ont été prononcées, la totalité des amendes infligées aux propriétaires a atteint la somme de 2,1 millions d’euros, un record pour cette année 2018. 

Ces sanctions, tombées pendant l’année, arrivent alors que les propriétaires ne respectent pas les règles de locations concernant les appartements meublés touristiques. Dans le règlement figurant sur le site Airbnb, il est interdit de dépasser le plafond légal de 120 jours de location par an. Une condition difficilement respectée par les propriétaires. 

Des logements « clandestins » 

La mairie de Paris n’a pas épargné les propriétaires dérogeant à la règle des 120 jours. Elle s’est chargée de lister l’ensemble des personnes faisant l’objet de cette infraction sur ces douze derniers mois. Cette infraction est comparée à une location « d’hôtels clandestins ». Lors de l’année 2017, il y a eu deux fois moins de condamnations pour des locations illégales. La même année, le montant globale des amendes s’élevait à 1,3 millions d’euros, soit près de la moitié du montant de 2018.

La mairie de Paris craint que les propriétaires ne fassent de la location de courte durée leur source principale de revenus. De plus en plus d’appartements sont achetés dans l’unique but d’être loués sur des sites de location de vacances, une tendance qui tend à transformer « des immeubles entiers en hôtels clandestins ». 

L’adjoint au logement de la mairie de Paris, Ian Brossat, déclare le début de la bataille contre la plateforme de location Airbnb. L’objectif est maintenant de sanctionner le site internet ainsi que les propriétaires qui acceptent de mettre en ligne les annonces illégales. Pour appuyer cette idée, Ian Brossat confie auprès de l’AFP qu’« il faut aller vers une co-responsabilté entre propriétaires et plateformes ». 

Mise en place d’une nouvelle mesure 

En raison de ces différentes accusations, la plateforme de location de vacances pourrait très bien se voir interdire de proposer des appartements étant placés dans certains quartiers de la capitale. Selon la Mairie de Paris, Airbnb ne cesse de desservir les hôtels présents dans la capitale. Cette problématique devrait être abordée avant la fin de l’année 2019.

Noémie Malka 

Crédit Photo :  Olivier Boitet/PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Légende : Paris est la destination préféré des utilisateurs de la plateforme de location dans le monde avec près de 8 millions d’usagers chaque année. 

This entry was posted in Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.