DINER HAUTE-COUTURE A L’ABEILLE

Au cœur du Shangri-La Paris, l’Abeille est un restaurant qui affiche deux macarons au compteur. C’est l’une des plus belles tables de Paris. Le chef Christophe Moret y propose une expérience de haut-vol !

Le restaurant français du Shangri-La se nomme l’Abeille en référence à l’emblème napoléonien. Il faut dire que le Shangri-La fut habité pendant de nombreuses années par un descendant de la famille de l’empereur.

En salle, ambiance feutrée et élégante. Le restaurant est presque comble un soir de semaine. Le salle donne sur un splendide jardin à la Française, inauguré en juin 2013. Les tables sont dressées avec minutie avec une belle vaisselle dessinée par Pierre-Yves Rochon. On est bien installé, les fauteuils sont très confortables. On démarre ce dîner par une petite coupe de Krug grande cuvée, un des très beaux champagnes qui figurent à la carte.

Daurade royale en deux façons le dos rôti au cédrat la ventrèche en ceviche ©Winkelmann

Daurade royale marinée, romaine et jeunes poireaux grillés, pistou de livèche

En entrée, la Daurade royale marinée, romaine et jeunes poireaux grillés, pistou de livèche est un petit chef d’oeuvre esthétique et gustatif. Les feuilles à feuilles de foie gras de canard et champignons de Carrières-sur Seine, délicate gelée de dashi nous font de l’œil.

Christophe Moret, le virtuose

Au piano, Christophe Moret, chef  passionné de légumes, est un vrai virtuose. Il faut dire qu’il possède déjà une solide expérience. Il a fait ses gammes chez Lasserre et au Plaza-Athénée pour Alain Ducasse. Ses compositions culinaires sont sublimes. Au programme : Sole de petit bateau dorée, Belle de Fontenay crousti/fondantes et pousses maritimes, condiment poivre de mer mais aussi le Homard de nos côtes nourri de vanille, potirons et châtaignes en cocotte lutée. Côté viandes, la poitrine de cochon fermier de la Châtaigneraie confite / craquante, bihia de maïs, jus vinaigré est parfaite. Le chef accommode les plats de sauces exceptionnelles. Il secondé par Maxime Bettencourt qui livre les coulisses des préparatifs sur son compte Instagram.

Poitrine de cochon de la femre de Kervil Avel confite et craquante, bihia de mais, jus vinaigré - © B. Winkelmann (3)

Poitrine de cochon fermier de la Châtaigneraie confite / craquante, bihia de maïs, jus vinaigré

Du côté des vins, on peut compter sur le malicieux Matthias Meynard pour proposer de belles trouvailles comme un Condrieu DePoncins 2014 de chez François Villard  ou un Meursault de la Maison Bouzereau. On se laisse facilement séduire par le beau chariot de fromages de Bernard et Jean-François Antony à Vieux-Ferrette.

Un dessert signature qui mérite le détour !

Le dessert signature est mon coup de cœur de l’année ! Je n’oublierai pas de sitôt le « Miel de maquis corse givré au parfum de cédrat et d’eucalyptus ». Un dessert d’une grande créativité signé Michaël Bartocetti, secondé par Jonathan Chapuy.  Une assiette ultra-gourmande et néanmoins peu sucrée. En digestif, le pineau millésimé de la maison Lheraud constitue la cerise sur le gâteau.

miel_@winkelmann.

Miel de maquis corse givré au parfum de cédrat et d’eucalyptus

Le service très pointu est remarquable. Aucune fausse note. Le directeur du restaurant Joseph Desserprix, possède une grande classe et dirige ses équipes avec beaucoup de doigté. Bref, dîner à l’Abeille c’est vivre un moment de grâce hors du commun.

L’Abeille au Shangri-La
10 avenue d’Iéna – Paris 16e
Tél. 01 53 67 19 90
Menus: 230, 290 €
Carte: 220 €
Horaires : 19h30-22h30
Fermeture hebdo. : Tous les midis. Lundi, dimanche
shangri-la.com

This entry was posted in Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.